12 de octubre : Fiesta Nacional de España

Fête Nationale d'Espagne : 12 octobre

Le 12 octobre en Espagne, c’est la fête nationale – Fiesta Nacional de España ! C’est aussi  la date qu’a choisi l’ONU pour décréter la journée de la langue espagnole.

Le jour de la fête nationale, on célèbre en fait la découverte de l’Amérique en 1492 par Christophe Colomb, et ce depuis 1892. C’est un jour mémorable puisqu’il établit dès lors le contact entre « les deux mondes ».

Quel rapport me direz-vous ?

Oui Christophe Colomb était italien… mais c’était le plus espagnol de tous les navigateurs.

En effet, le projet de conquête des Indes de Christophe Colomb a été financé par la reine Isabelle de Castille – Isabel I de Castilla – et le roi Ferdinand II d’Aragon – “Fernando el Católico”.

La découverte de l’Amérique – el descubrimiento de América – est un événement significatif pour le peuple hispanophone car elle permet l’expansion coloniale du pays, et par conséquent son enrichissement. Cette découverte a créé un lien fort entre l’Amérique latine et l’Espagne, c’est la naissance de l’Empire espagnol – el Imperio Español.

C’est en partie cette découverte qui explique qu’on parle espagnol dans une grande partie de l’Amérique Latine et l’Amérique du Sud.

Une fête unique et multiple à la fois

– Una celebración única y múltiple al mismo tiempo

En fait, cette fête est LA fête qui réunit tous les peuples latinos. C’est la fête de l’unité, celle qui fédère et rassemble. Elle est d’ailleurs fêtée dans tous les pays qui parlent espagnol. En Amérique Latine, on l’appelle le « Día de la Raza » en Amérique Latine et en Espagne c’est le « Día de la Hispanidad ».

Mais dans quels pays ? L’Espagne, l’Argentine, le Mexique, le Chili, l’Equateur, la Colombie, la Bolivie, l’Uruguay, le Venezuela, le Costa Rica mais aussi les Etats-Unis. Le nom de la fête et ses coutumes varient selon les pays : danses, défilés, repas de fête…

Par exemple :

  • En ce jour, se déroule un défilé militaire en présence de la famille royale à Madrid, capitale espagnole. C’est un jour férié où l’on ne travaille pas.

Défilé fête nationale Espagne

  • En Argentine, on fête davantage le jour de la diversité culturelle américaine – la diversidad cultural americana. C’est une sorte de réaffirmation de l’identité hispano-américaine vis-à-vis des États-Unis. Cependant, cette fête a été repoussé par une partie de la population qui fête désormais « el día de la Resistencia de los Pueblos Originarios ».
  • Au Costa Rica c’est la journée des Cultures – el día de las Culturas. Cette célébration a pour but de montrer les contributions culturelles des Espagnols, des Indiens et des Afro- Caribéens.
  • Au Chili, on l’appelle le jour de la découverte de deux mondes.
  • Depuis 2002 au Venezuela, le 12 octobre célèbre le jour de la résistance des indigènes : ils affirment ainsi qu’il ne s’agit pas d’une découverte mais plutôt d’un génocide auxquels les aborigènes ont résisté contre la domination des espagnols.
  • Au Mexique, le jour de la race (día de la raza) est férié dans tout le pays mais l’événement n’est pas le plus important de l’année. On le célèbre notamment à Mexico en déposant des offrandes florales sur le monument Raza – Race (en français).
  • En Colombie, le jour est davantage célébré dans les écoles où les élèves proposent des projets autour de cette thématique.
  • Au Pérou et en Uruguay, c’est le jour des Amériques.
  • Aux Etats-Unis on célèbre le « Columbus Day » d’une manière différente dans chaque état. A New York, par exemple, il y a un grand défilé et les bureaux du gouvernement tout comme les écoles publiques sont fermés.

La fête est un réel symbole en termes de politiques intérieure et extérieure. Cette fête est d’ailleurs considérée pour certains pays latinos comme étant une célébration liée au processus de colonisation de l’Amérique par le Royaume d’Espagne.

Le sens et l’origine de cette fête en Espagne

El significado y el origen de esta celebración en España

Au-delà d’être la fête nationale espagnole, c’est l’image de Christophe Colomb et ce qu’elle véhicule que l’on célèbre avec le 12 octobre. Le navigateur – el navegador – est devenu la fierté nationale. Chaque ville espagnole a créé un véritable lien avec l’homme et son histoire.

Christophe Colomb et sa découverte font d’ailleurs l’objet de nombreux débats : lieux de naissance et de mort, origines… Il y a une vraie bataille pour sa mémoire. Pas seulement dans les pays latinos : on peut voir sur la photo ci-dessous une statue du personnage à… Madère, au Portugal.

Statue de Christophe Colomb à Madère

A sa mort, Christophe Colomb est déchu. Le contrat signé avec les Espagnols, nommé Les Capitulations de Santa Fe – Las Capitulaciones de Santa Fe, n’est pas respecté. On ne délivre pas le titre d’amiral de la mer océane à Christophe Colomb ni le dixième des richesses découvertes et le huitième des bénéfices de l’expédition. La Cour Catholique a une piètre opinion de lui, notamment à cause des esclaves ramenés des voyages.

Christophe Colomb souhaitait reposer à St Domingue (Républicaine Dominicaine). Son corps – su cuerpo, ainsi que celui de son fils Diego, ont d’abord été déplacés dans un couvent franciscain de Valladolid, la ville où Christophe Colomb meurt, puis à Séville dans un monastère où il avait trouvé refuge après son 3ème voyage – su tercer viaje.

Ce n’est que 35 ans plus tard que les dépouilles sont transférées à St Domingue.

A la fin du XVIIIème siècle, St Domingue devient française, les Espagnols récupèrent alors les restes du corps et les déposent dans l’île espagnole la plus proche : Cuba.

100 ans plus tard, en 1899, la ville de Cuba – la ciudad de Cuba – devient indépendante. C’est à ce moment que le corps de Christophe Colomb est placé à Séville. On peut d’ailleurs aujourd’hui voir le tombeau du navigateur dans la cathédrale.

Tombeau de Christophe Colomb à Séville

Crédits Photo : Hoy Espagnol

Oui mais voilà : entre temps les Dominicains ont découvert à l’occasion de travaux effectués dans la cathédrale une boîte où l’on retrouve des restes humains et où on peut lire : Cristóbal Colón, hombre ilustre, traduisez en français « Christophe Colomb, homme illustre ».

Pendant près d’un siècle, guerre de communication entre les Espagnols et les Dominicains pour déterminer (et revendiquer) qui possède les restes de l’illustre navigateur.

C’est finalement en 2003 que des analyses ADN sont lancées et prouvent que les restes de corps à Séville correspondent bien à Christophe Colomb.

Oui mais… il s’agit d’une correspondance avec un ADN mitochondrial, autrement dit un ADN familial transmis par la mère. Les restes présents à Séville peuvent donc correspondre à un autre Colomb. On ne sait d’ailleurs pas où a été enterré son frère benjamin, Bartolomeo Colomb.

Aussi, le reste de dépouille présent à Séville ne représente que 15% du corps. Où sont les 85% restants ?

L’histoire autour des restes de Christophe Colomb est donc toujours en partie mystérieuse et fait l’objet de revendications en Espagne et en République Dominicaine notamment.

Il reste que Christophe Colomb rassemble aujourd’hui les pays latinos et que c’est autour de sa découverte que les hispanophones se retrouvent le 12 octobre.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.